Épicerie LOCO zéro déchet

Les épiceries zéro déchet font aujourd’hui partie du paysage montréalais afin de répondre à une demande toujours plus grandissante pour la consommation de produits en vrac. Mais sais-tu comment tout a commencé?

Prémices: le minimalisme

Peut-être connais-tu Béa Johnson, cette Américaine d’adoption qui ne produit que l’équivalent d’un pot Masson d’ordures par année? Ruinée par la crise économique frappant le pays de l’Oncle Sam en 2008, la chute de son rêve américain l’emmène, elle et sa famille, à devoir vivre dans un petit appartement en banlieue de San Francisco. La tournure de cet événement lui fait découvrir le mode de vie minimaliste.

Pot Masson pour le zéro déchet

Inspiré par l’expérience vécue lors que ce bouleversement familial, elle signe en 2013 son tout premier ouvrage ; Zero Waste home: the ultimate guide to simplifying your life by reducing your waste, pavant ainsi la voie au mouvement zéro déchet que nous connaissons aujourd’hui.

L’éclosion du zéro déchet

Le succès du livre de Béa Johnson fût immédiat. Cependant, les lecteurs d’un côté comme de l’autre de la frontière canado-américaine, conquis par cette nouvelle relation avec notre consommation se heurtèrent rapidement au mur du suremballage de la surconsommation.

Flairant le fort potentiel de ce nouveau marché, la première épicerie LOCO zéro déchet ouvre ses portes sur Jarry en août 2016 après une campagne de financement sur ULULE lui permettant de récolter plus de 30 000 $ (sur un objectif de 8000 $).

LOCO 3, déchet 0

Le concept est simple. Tu pèses le pot vide que tu emportes de chez toi, tu le remplis de ce dont tu as besoin, tu payes et c’est fini. Le succès est tel que cette pionnière du mouvement zéro déchet au Québec est aujourd’hui rendue à trois adresses : Villeray, Verdun et Brossard toujours avec la même recette de zéro déchet.

Tu remarqueras lors de ta prochaine visite de l’épicerie LOCO zéro déchet de Jarry que mon nom est inscrit en lettre blanche sur le mur de l’entrée car comme plusieurs, j’y ai cru à la hauteur de 75$ et ce, dès le début de leur campagne de financement.


Béa Johnson sur Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Béa_Johnson

LOCO épicerie zéro déchet : https://www.epicerieloco.ca/ 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *